Chronologie des opérations de maintien de la paix des Nations unies

Les opérations de maintien de la paix ne sont pas prévues par la charte de l’ONU signée le 26 juin 1945 à San Francisco. C’est l’inapplication du chapitre VII au début de la Guerre froide qui conduit à leur création. Elles relèveraient selon la formule du secrétaire général Dag Hammarskjöld (1953-1961) d’un « chapitre VI et demi » puisqu’elles associent des moyens pacifiques (chap. VI) et militaires (chap. VII). Lors de la première guerre israélo-arabe, par la résolution 50 du 29 mai 1948, le Conseil de sécurité décide de mettre un « nombre suffisant d’observateurs militaires » à la disposition du médiateur nommé par l’organisation. C’est l’origine de la première mission d’observation des Nations unies — ONUST, Organisme des Nations unies chargé de la surveillance de la trêve. Lors de la crise de Suez, par la résolution 998 du 4 novembre 1956, l’Assemblée générale « demande, de toute urgence, au secrétaire général de lui soumettre, dans les quarante-huit heures, un plan en vue de constituer, avec l’assentiment des parties intéressées, une Force internationale d’urgence des Nations unies chargée d’assurer et de surveiller la cessation des hostilités ». C’est l’origine de la première force de maintien de la paix ou force d’interposition des Nations unies — FUNU, Force d’urgence des Nations unies. Les missions restent peu nombreuses pendant la Guerre froide : treize opérations de 1948 à 1978. Elles se multiplient après le tournant des années 1990 : cinq opérations de mai 1988 à novembre 1989, trente-cinq dans les années 1990.


Chronologie des opérations de maintien de la paix des Nations unies