Le crime contre l’humanité dans la déclaration alliée du 24 mai 1915 sur les massacres en Arménie

Dans une déclaration du 24 mai 1915, la Triple Entente qualifie de crimes contre l’humanité et la civilisation les massacres commis par la Turquie en Arménie. L’expression désigne, pour la première fois, des violences commises par un État à l’encontre de sa propre population.

France, Grande-Bretagne et Russie. — Déclaration de la Triple-Entente tenant pour responsable le gouvernement turc des massacres commis par la Turquie en Arménie, en date du 24 mai 1915.

24 mai 1915.

Depuis un mois environ, la population kurde et turque de l’Arménie procède, de connivence et souvent avec l’aide des autorités ottomanes, à des massacres des Arméniens.

De tels massacres ont eu lieu vers la mi-avril (nouveau style) à Erzeroum, Dertchun, Eguine, Akn, Bitlis, Mouch, Sassoun, Zeltoun et dans toute la Cilicie ; les habitants d’une centaine de villages aux environs de Van ont été tous assassinés ; dans la ville même, le quartier arménien est assiégé par les Kurdes. En même temps, à Constantinople, le gouvernement ottoman sévit contre la population arménienne inoffensive.

En présence de ces nouveaux crimes de la Turquie contre l’humanité et la civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime-Porte qu’ils tiendront personnellement responsables desdits crimes tous les membres du gouvernement ottoman ainsi que ceux de ses agents qui se trouveraient impliqués dans de pareils massacres.

La Guerre de 1914. Recueil de documents intéressant le droit international, Paris, Pedone, 1914, p. 328.