Les épreuves communes de contrôle continu du baccalauréat général en histoire-géographie

Le contrôle continu

Le baccalauréat, à partir de la session 2021, se compose de deux catégories d’épreuves : des épreuves terminales, anticipées ou finales (60 p. 100 de la note), des épreuves de contrôle continu (40 p. 100).

La note de contrôle continu se compose de deux notes :

— La moyenne des résultats obtenus aux épreuves communes de contrôle continu (30 p. 100) ;

— La moyenne des notes reçues en classe, dite « note de bulletin » ou « note de livret » (10 p. 100).

La « note de bulletin » ou « note de livret » se compose de deux notes :

— La note obtenue en première (5 p. 100) ;

— La note obtenue en terminale (5 p. 100).

Les résultats obtenus aux épreuves communes de contrôle continu n’entrent pas dans le calcul de la « note de bulletin » ou « note de livret ».

Les épreuves communes de contrôle continu se tiennent à trois reprises :

— Deux séries en première, la première au IIe trimestre, la deuxième au IIIe trimestre ;

— Une troisième série en terminale, au IIe trimestre.

« Épreuves à compter de la session 2021 », arrêté du 16 juillet 2018, Bulletin officiel no 29 du 19 juillet 2018.

« Modalités d’organisation du contrôle continu pour l’évaluation des enseignements », arrêté du 16 juillet 2018, Bulletin officiel no 29 du 19 juillet 2018.

« Modalités d’organisation du contrôle continu à compter de la session 2021 », note de service du 23 juillet 2019, Bulletin officiel no 30 du 25 juillet 2019.


La définition des épreuves communes de contrôle continu

Les trois épreuves sont « adossées » au programme de l’année courante.

Objectifs

Les épreuves évaluent les aptitudes suivantes :

« — Mobiliser, au service d’une réflexion historique et géographique, des connaissances fondamentales pour la compréhension du monde et la formation civique et culturelle du citoyen ;

« — Rédiger des réponses construites et argumentées, montrant une maîtrise correcte de la langue ;

« — Exploiter, organiser et confronter des informations ;

« — Analyser un document de source et de nature diverses ;

« — Comprendre, interpréter et pratiquer différents langages graphiques. »

Structure

L’épreuve dure deux heures.

Elle comprend deux parties : la première porte sur l’une des deux disciplines, la seconde sur l’autre ; en première, la discipline de première partie, à la première épreuve, fait l’objet de la seconde partie, à la deuxième épreuve.

Elle est notée sur 20 : 10 points pour chacune des deux parties.

Classe de première

« 1re partie : réponse à une question problématisée

« Il s’agit d’une réponse rédigée et construite. Le candidat doit montrer qu’il a acquis des capacités d’analyse, qu’il maîtrise des connaissances, sait les sélectionner et les organiser de manière à répondre à la problématique de la question.

« L’intitulé de la question suggère des éléments de construction de la réponse.

« 2e partie : analyse de documents ou réalisation d’une production graphique

« L’analyse de documents est accompagnée d’une consigne suggérant une problématique et des éléments de construction de l’analyse. Le ou les documents, en histoire comme en géographie, comportent un titre et, si nécessaire, un nombre limité de notes explicatives.

« Lorsque la production graphique est un croquis, ce croquis est réalisé à partir d’un texte élaboré pour l’exercice qui présente une situation géographique. Un fond de carte est fourni.

« Le titre et l’organisation du texte indiquent de grandes orientations pour la réalisation du croquis.

« Dans le cas d’une autre production graphique, les consignes et les données servant à l’élaboration de cette production sont fournies avec l’exercice. »

Classe de terminale

« 1re partie : réponse à une question problématisée

« Il s’agit d’une réponse rédigée et construite. Le candidat doit montrer qu’il a acquis des capacités d’analyse, qu’il maîtrise des connaissances, sait les sélectionner et les organiser de manière à répondre à la problématique de la question.

« 2e partie : analyse de documents ou réalisation d’une production graphique

« L’analyse de documents est accompagnée d’une consigne suggérant une problématique. Le ou les documents, en histoire comme en géographie, comportent un titre et, si nécessaire, un nombre limité de notes explicatives.

« Lorsque la production graphique est un croquis, ce croquis est réalisé à partir d’un texte élaboré pour l’exercice qui présente une situation géographique. Un fond de carte est fourni.

« Le candidat fait preuve d’une plus grande autonomie pour identifier, organiser et hiérarchiser les éléments à représenter et construire la légende.

« Dans le cas d’une autre production graphique, les consignes et les données servant à l’élaboration de cette production sont fournies avec l’exercice. »

« Épreuves communes de contrôle continu d’histoire géographie. — Session 2021 de l’examen du baccalauréat », note de service du 18 avril 2019, Bulletin officiel no 17 du 25 avril 2019.

N.B. : les parenthèses sont omises ; sont indiquées en bleu les différences entre les deux définitions.


Les sujets zéro des épreuves de contrôle continu

Des sujets zéro pour les épreuves communes en classe de première sont disponibles sur le site Éduscol :

Sujet no 1

Géographie. — La littoralisation des espaces productifs (question problématisée) ;

Histoire. — La liberté guidant le peuple, 1830 (analyse de documents).

N.B. : dans la définition officielle, l’exercice de seconde partie s’intitule « analyse de documents ».

Le sujet dans son entier

Sujet no 2

Histoire. — La souveraineté nationale en France de 1789 à 1792 (question problématisée) ;

Géographie. — La métropolisation du territoire français (production graphique).

Le sujet dans son entier