Les opérations de paix des Nations unies dans la Capstone Doctrine (2008)

Dans un document connu sous le nom de Capstone Doctrine (doctrine fondamentale) et publié en 2008, le département des opérations de maintien de la paix de l’ONU consigne les principes non écrits des opérations de maintien de la paix depuis 1948 — une soixantaine d’opérations en soixante ans.

La prévention des conflits comprend des mesures diplomatiques ou structurelles visant à empêcher que les différends intra ou interétatiques ne deviennent des conflits armés. Idéalement, la prévention des conflits se base sur la mise en place de structures d’alerte rapide, la collecte de l’information et l’analyse soigneuse des moteurs du conflit. Les activités de prévention des conflits comprennent, entre autres, les « bons offices », le déploiement préventif ou la mise en œuvre de mesures de confiance.

Le rétablissement de la paix concerne les conflits en cours et comprend, normalement, des actions diplomatiques visant à mener les parties en conflit à un accord négocié. Le secrétaire général des Nations Unies peut exercer ses « bons offices » afin de faciliter la résolution d’un conflit suite à une demande du Conseil de sécurité ou de l’Assemblée générale ou bien de sa propre initiative. Les envoyés, les gouvernements, les groupes d’États ou les organisations régionales sont susceptibles de participer aux actions du rétablissement de la paix. Le rétablissement de la paix peut également être l’œuvre de groupes non officiels et non gouvernementaux ou d’une personne agissant de manière indépendante.

Le maintien de la paix est une technique conçue pour préserver la paix, aussi fragile soit-elle, une fois que les combats ont cessé et pour appuyer la mise en œuvre des accords facilités par ceux qui sont chargés du rétablissement de la paix. Fondées sur un modèle, essentiellement militaire, d’observation du cessez-le-feu et d’interposition entre des forces à l’issue d’une guerre entre États, les opérations de maintien de la paix ont intégré au fil des années un ensemble complexe d’éléments civils, militaires et policiers, œuvrant ensemble pour jeter les bases d’une paix durable.

L’imposition de la paix comprend l’application, avec l’autorisation du Conseil de sécurité, de mesures coercitives, y compris l’usage de la force militaire, pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales dans des situations où il a déterminé l’existence d’une menace à la paix, une violation de la paix ou un acte d’agression. Le Conseil de sécurité peut également se servir, selon les cas, des arrangements régionaux pour mener des actions d’imposition de la paix avec son autorisation. La consolidation de la paix comprend des mesures ciblées visant à réduire les risques de reprise d’un conflit et à jeter les bases d’un développement durable, notamment à travers le renforcement des capacités nationales en matière de gestion des conflits à tous les niveaux.

La consolidation de la paix est un processus complexe de longue durée qui vise à créer les conditions nécessaires pour une paix durable. Les activités de consolidation de la paix visent les causes structurelles profondes d’un conflit armé à travers une approche globale. Les mesures de consolidation de la paix se concentrent sur les enjeux ayant un impact sur le fonctionnement de l’État et de la société. À cet égard, elles cherchent à augmenter les capacités de l’État à accomplir ses fonctions essentielles de façon efficace et légitime.