Le droit d’interpellation sous la IIIe République

Le droit d'interpellation autorise tout parlementaire à interroger le Gouvernement, en séance, sur la politique mise en œuvre. Il ne figure pas dans la Constitution de 1875, mais découle de la responsabilité politique du Gouvernement devant le Parlement : "Les ministres sont solidairement responsables devant les chambres de la politique générale du gouvernement" (article 6 … Lire la suite Le droit d’interpellation sous la IIIe République

29 juillet 1914. — « Ah ! le cheval d’Attila est farouche encore… » : dernier discours de Jaurès

Le 29 juillet 1914, devant la menace de guerre, le Bureau socialiste international, organe permanent de la IIe Internationale, se réunit à Bruxelles, à la Maison du peuple. Membre de la délégation française, avec Vaillant, Sembat et Guesde, Jaurès quitte Paris le 28, passe la journée du 29 à la Maison du peuple et prononce … Lire la suite 29 juillet 1914. — « Ah ! le cheval d’Attila est farouche encore… » : dernier discours de Jaurès

1er août 1914. — « Un rêve dont le canon de Guillaume, tout à l’heure, va nous réveiller » : Clemenceau dans L’Homme libre du 2

L'éditorial  « À la veille de l'action » paraît dans L'Homme libre du 2 août 1914, sous la signature de Clemenceau, au premier jour de la mobilisation française. Écrit la veille 1er août, date du décret de mobilisation et de la déclaration de guerre de l'Allemagne à la Russie, il se termine par un hommage à Jaurès … Lire la suite 1er août 1914. — « Un rêve dont le canon de Guillaume, tout à l’heure, va nous réveiller » : Clemenceau dans L’Homme libre du 2