Déclarations de guerre de 1914 à 1918


Une liste des pays en guerre (1918)

ALLEMAGNE ET AUTRES PUISSANCES. — Guerre de 1914. — Liste des pays qui jusqu’à la date du 1er janvier 1918 ont déclaré l’état de guerre ou l’état de rupture des relations diplomatiques. — La guerre qui éclata le 28 juillet 1914 entre l’Autriche-Hongrie et la Serbie est devenue promptement un conflit européen, et ce conflit européen s’est lui-même transformé bientôt en une immense conflagration mondiale : à la fin de 1917, les plus importants des États de l’Europe, de l’Asie, de l’Océanie et de l’Amérique ont été plus ou moins engagés dans la lutte, et en raison des colonies que certains de ces États possèdent en Afrique les hostilités se sont étendues même à cette dernière partie du monde. La liste des pays qui jusqu’à la date du 1er janvier 1918 ont déclaré l’état de la guerre ou l’état de rupture des relations diplomatiques peut être dressée ainsi qu’il suit :

Désignation des États Rupture des relations État de guerre
Serbie et Autriche-Hongrie. 28 juillet 1914.
Russie et Allemagne. 1er août 1914.
France et Allemagne. 3 août 1914.
Belgique et Allemagne. 3 août 1914.
Grande-Bretagne et Allemagne. 4 août 1914.
Serbie et Allemagne. 4 août 1914.
Russie et Autriche-Hongrie. 6 août 1914.
Monténégro et Autriche-Hongrie. 7 août 1914.
Monténégro et Allemagne. 9 août 1914.
Serbie et Allemagne. 9 août 1914.
France et Autriche-Hongrie. 10 août 1914.
Monténégro et Allemagne. 12 août 1914.
France et Autriche-Hongrie. 12 août 1914.
Grande-Bretagne et Autriche-Hongrie. 12 août 1914.
Japon et Allemagne. 23 août 1914.
Japon et Autriche-Hongrie. 25 août 1914.
Belgique et Autriche-Hongrie. 28 août 1914.
Russie et Turquie. 29 octobre 1914.
France et Turquie. 29 octobre 1914.
Serbie et Turquie. 29 octobre 1914.
Grande-Bretagne et Turquie. 31 octobre 1914.
Grande-Bretagne et Turquie. 5 nov. 1914.
Belgique et Turquie. 6 nov. 1914.
Italie et Autriche-Hongrie. 24 mai 1915.
Italie et Allemagne. 24 mai 1915.
Italie et Turquie. 20 août 1915.
Grande-Bretagne et Bulgarie. 5 octobre 1915.
France et Bulgarie. 5 octobre 1915.
Italie et Bulgarie. 5 octobre 1915.
Russie et Bulgarie. 5 octobre 1915.
Serbie et Bulgarie. 5 octobre 1915.
Belgique et Bulgarie. 5 octobre 1915.
Serbie et Bulgarie. 11 octobre 1915.
Grande-Bretagne et Bulgarie. 16 octobre 1915.
France et Bulgarie. 16 octobre 1915.
Italie et Bulgarie. 19 octobre 1915.
Russie et Bulgarie. 19 octobre 1915.
Portugal et Allemagne. 9 mars 1916.
Portugal et Autriche-Hongrie. 16 mars 1916.
Roumanie et Autriche-Hongrie. 27 août 1916.
Roumanie et Allemagne. 28 août 1916.
Italie et Allemagne. 28 août 1916.
Roumanie et Turquie. 28 août 1916.
Roumanie et Bulgarie. 1er sept. 1916.
Grèce (gouv. provisoire de Salonique) et Allemagne. 24 nov. 1916.
Grèce (gouv. provisoire de Salonique) et Bulgarie. 24 nov. 1916.
États-Unis d’Amérique et Allemagne. 3 février 1917.
Chine et Allemagne. 14 mars 1917.
Chine et Autriche-Hongrie. 14 mars 1917.
États-Unis d’Amérique et Allemagne. 6 avril 1917.
République de Panama et Allemagne. 7 avril 1917.
République de Cuba et Allemagne. 7 avril 1917.
États-Unis d’Amérique et Autriche-Hongrie. 8 avril 1917.
Brésil et Allemagne. 11 avril 1917.
Bolivie et Allemagne. 13 avril 1917.
États-Unis d’Amérique et Turquie. 20 avril 1917.
Guatémala et Allemagne. 27 avril 1917.
Libéria et Allemagne. 8 mai 1917.
Nicaragua et Allemagne. 10 mai 1917.
Honduras et Allemagne. 17 mai 1917.
Haïti et Allemagne. 16 juin 1917.
Grèce et Allemagne. 29 juin 1917.
Grèce et Autriche-Hongrie. 29 juin 1917.
Grèce et Bulgarie. 29 juin 1917.
Grèce et Turquie. 29 juin 1917.
Siam et Allemagne. 22 juillet 1917.
Siam et Autriche-Hongrie. 22 juillet 1917.
Libéria et Allemagne. 8 août 1917.
Chine et Allemagne. 14 août 1917.
Chine et Autriche-Hongrie. 14 août 1917.
Costa-Rica et Allemagne. 24 sept. 1917.
Pérou et Allemagne. 6 octobre 1917.
Uruguay et Allemagne. 8 octobre 1917.
Brésil et Allemagne. 26 octobre 1917.
États-Unis d’Amérique et Autriche-Hongrie. 7 déc. 1917.
Équateur et Allemagne. 9 décembre 1917.
République de Panama et Autriche-Hongrie. 10 déc. 1917.
République de Cuba et Autriche-Hongrie. 16 déc. 1917.

Le tableau qui précède suggère d’intéressantes observations :

On compte, au 1er janvier 1918, 47 cas dans lesquels a existé un état de guerre et 13 dans lesquels a existé une rupture des relations diplomatiques non suivie de l’état de guerre. Et ces cas ont intéressé respectivement 22 et 16 États différents, dont le chiffre doit être encore augmenté si on envisage séparément les colonies de la Grande Bretagne qui, comme l’Australie en Océanie ou la Puissance du Canada en Amérique, jouissent d’une certaine autonomie. Les États qui ont été en guerre au moins avec un des pays appartenant au camp adverse sont les suivants : Serbie, Autriche-Hongrie, Russie, Allemagne, France, Belgique, Grande-Bretagne (et colonies), Monténégro, Japon, Turquie, Italie, Bulgarie, Portugal, Roumanie, Grèce, États-Unis d’Amérique, République de Panama, République de Cuba, Siam, République de Liberia, Chine et Brésil. Quant aux États, dont les relations diplomatiques ont été simplement rompues avec au moins un État, ce sont : la Belgique, la Turquie, la Bulgarie, la Bolivie, l’Allemagne, les États-Unis d’Amérique, le Guatémala, le Nicaragua, le Honduras, Haïti, le Pérou, l’Uruguay, l’Équateur, le Costa-Rica, l’Autriche-Hongrie et le Portugal.

Voici, en effet, l’indication des pays entre lesquels un état de guerre se sont produits :

1. Autriche-Hongrie et Serbie.

2. Allemagne et Russie.

3. Allemagne et France.

4. Allemagne et Belgique.

5. Allemagne et Grande-Bretagne.

6. Autriche-Hongrie et Russie.

7. Autriche-Hongrie et Monténégro.

8. Allemagne et Serbie.

9. Allemagne et Monténégro.

10. Autriche-Hongrie et France.

11. Autriche-Hongrie et Grande-Bretagne.

12. Allemagne et Japon.

13. Autriche-Hongrie et Japon.

14. Autriche-Hongrie et Belgique.

15. Turquie et Russie.

16. Turquie et France.

17. Turquie et Serbie.

18. Turquie et Grande-Bretagne.

19. Autriche-Hongrie et Italie.

20. Turquie et Italie.

21. Bulgarie et Serbie.

22. Bulgarie et Grande-Bretagne.

23. Bulgarie et France.

24. Bulgarie et Italie.

25. Bulgarie et Russie.

26. Allemagne et Portugal.

27. Autriche-Hongrie et Roumanie.

28. Allemagne et Roumanie.

29. Allemagne et Italie.

30. Turquie et Roumanie.

31. Bulgarie et Roumanie.

32. Allemagne et États-Unis d’Amérique.

33. Allemagne et République de Panama.

34. Allemagne et République de Cuba.

35. Allemagne et Grèce.

36. Autriche-Hongrie et Grèce.

37. Bulgarie et Grèce.

38. Turquie et Grèce.

39. Allemagne et Siam.

40. Autriche-Hongrie et Siam.

41. Allemagne et Libéria.

42. Allemagne et Chine.

43. Autriche-Hongrie et Chine.

44. Allemagne et Brésil.

45. Autriche-Hongrie et États-Unis d’Amérique.

46. Autriche-Hongrie et République de Panama.

47. Autriche-Hongrie et République de Cuba.

Cette énumération des cas où a existé un état de guerre permet de déterminer comme il suit le nombre d’ennemis qu’a eu à combattre chacune des puissances engagées dans les hostilités :

L’Allemagne a eu 18 ennemis : la France, la Russie, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Serbie, la Belgique, le Japon, le Monténégro, la Roumanie, le Portugal, les États-Unis d’Amérique, la République de Panama, la République de Cuba, la Grèce, le Siam, la République de Libéria, la Chine et le Brésil.

L’Autriche-Hongrie a eu 15 ennemis : la France, la Russie, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Serbie, la Belgique, le Japon, le Monténégro, la Roumanie, la Grèce, le Siam, la Chine, les États-Unis d’Amérique, la République de Panama et la République de Cuba.

La Turquie a eu 7 ennemis : la France, la Russie, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Serbie, la Grèce et la Roumanie.

La Bulgarie a eu 7 ennemis : la France, la Russie, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Serbie, la Grèce et la Roumanie.

La France a eu 4 ennemis : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et la Bulgarie.

La Russie a eu 4 ennemis : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et la Bulgarie.

La Grande-Bretagne a eu 4 ennemis : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et la Bulgarie.

L’Italie a eu 4 ennemis : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et la Bulgarie.

La Serbie a eu 4 ennemis : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et la Bulgarie.

La Belgique a eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

Le Japon a eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

Le Monténégro a eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

La Roumanie a eu 4 ennemis : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et la Bulgarie.

Le Portugal a eu 1 ennemi : l’Allemagne.

Les États-Unis d’Amérique ont eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

La République de Panama a eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

La République de Cuba a eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

La Grèce a eu 4 ennemis : l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Bulgarie et la Turquie.

Le Siam a eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

La République de Libéria a eu 1 ennemi : l’Allemagne.

La Chine a eu 2 ennemis : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

Le Brésil a eu 1 ennemi : l’Allemagne.

Dans les rapports de certains de ces pays l’état d’hostilité a existé sans qu’une déclaration de guerre l’ait formellement précédé. C’est ainsi que l’état de guerre entre L’Autriche-Hongrie et le Japon commença le 25 août 1914 à la suite de l’ordre que le commandant du navire austro-hongrois Elisabeth avait reçu de prendre part à la lutte à Tsing-Tao entre le Japon et l’Allemagne (dépêche du Comte Berchtold au Baron von Müller à Tokio, du 24 août 1914, Livre rouge austro-hongrois, no 69). De même, la guerre entre la Turquie, la Russie et la France débuta par une attaque que firent le 29 octobre 1914 des torpilleurs turcs contre des navires russes el français à Odessa (dépêche de M. Sazonow, ministre des affaires étrangères de Russie à l’ambassadeur russe en Turquie du 16/29 octobre 1914, second Livre orange russe, no 91 ; déclaration du gouvernement français constatant l’état de guerre entre la France et la Turquie du 5 novembre 1914). La Serbie fut également attaquée par les Bulgares le 11 octobre 1915 sans déclaration de guerre de la part du gouvernement de Sofia. Enfin, c’est l’invasion du territoire de la Belgique par les troupes allemandes le 3 août 1914 qui détermina l’étal de guerre entre l’Allemagne et la Belgique ; cette invasion fut toutefois précédée le 2 août par un ultimatum de l’Allemagne à la Belgique sommant celle-ci de ne pas s’opposer au passage des troupes allemandes à travers son territoire (ultimatum de l’Allemagne à la Belgique du 2 août 1914, Livre gris belge, no 20). On doit encore noter que si l’Allemagne a signifié expressément une déclaration de guerre à la France le 3 août 1914, ses troupes avaient dès le 2 août violé la frontière française (dépêche de M. René Viviani, ministre français des affaires étrangères, à M. Jules Cambon, ambassadeur de· France à Berlin, du 2 août 1914, Livre jaune français, no 139).

En ce qui concerne les ruptures des relations diplomatiques non suivies d’un état de guerre jusqu’au 1er janvier 1918, elles se sont produites successivement entre les États suivants :

1. Turquie et Belgique.

2. Bulgarie et Belgique.

3. Autriche-Hongrie et Portugal.

4. Allemagne et Bolivie.

5. Turquie et États-Unis d’Amérique.

6. Allemagne et Guatémala.

7. Allemagne et Nicaragua.

8. Allemagne et Honduras.

9. Allemagne et Haïti.

10. Allemagne et Costa-Rica.

11. Allemagne et Pérou.

12. Allemagne et Uruguay.

13. Allemagne et Équateur.

Il suit de là que :

L’Allemagne a eu ses relations rompues avec 9 États : la Bolivie, le Guatémala, le Nicaragua, le Honduras, la République de Haïti, le Costa-Rica, le Pérou, l’Uruguay et l’Équateur.

L’Autriche-Hongrie a eu ses relations rompues avec 1 État : le Portugal.

La Turquie a eu ses relations rompues avec 2 États : la Belgique et les États-Unis d’Amérique.

Les États-Unis d’Amérique ont eu leurs relations rompues avec 1 État : la Turquie.

La Belgique a eu ses relations rompues avec 2 Étals : la Turquie et la Bulgarie.

La Bulgarie a eu ses relations rompues avec 1 État : la Belgique.

Le Portugal a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Autriche-Hongrie.

La Bolivie a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

Le Guatémala a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

Le Nicaragua a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

Le Honduras a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

La République de Haïti a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

Le Costa-Rica a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

Le Pérou a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

L’Uruguay a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Alleu1ague.

L’Équateur a eu ses relations rompues avec 1 État : l’Allemagne.

ALLEMAGNE ET GUATÉMALA. — Guerre de 1914. — État de guerre. — Le Guatémala, qui avait depuis le 27 avril 1917 rompu les relations diplomatiques avec l’Allemagne, a déclaré, le 23 avril 1918, que dans le conflit actuel il prenait la même attitude belligérante que les États-Unis d’Amérique contre l’Empire allemand : la République de Guatémala se trouve donc à partir· de cette date en état de guerre avec cet Empire. Notification de cet état de guerre a été faite à la France le 25 avril 1918 par le ministre du Guatémala à Paris (Journal officiel de la République française du 4 mai 1918, p. 3886).

ALLEMAGNE ET HAÏTI. — Guerre de 1914. — État de guerre. — La République de Haïti, qui avait depuis le 16 juin 1917 rompu les relations diplomatiques avec l’Allemagne, a, le 16 juillet 1918, notifié à la France que le Conseil d’État de la République, en vertu des pouvoirs que lui confère la nouvelle Constitution, a voté la déclaration de guerre à l’Allemagne et que l’état de guerre existe à partir du 12 juillet 1918 (Journal officiel de la République française du 21 juillet 1918, p. 6281)

ALLEMAGNE ET HONDURAS. — Guerre de 1914. — État de guerre — Le Honduras, qui avait depuis le 17 mai 1917 rompu les relations diplomatiques avec l’Allemagne, a, le 19 juillet 1918, déclaré l’état de guerre avec l’Empire allemand.

ALLEMAGNE, AUTRICHE-HONGRIE ET NICARAGUA. – Guerre de 1914.- État de guerre. – Le Nicaragua, qui avait depuis le 10 mai 1917 rompu les relations diplomatiques avec l’Allemagne, a, le 6 mai 1918, déclaré l’état de guerre avec l’Empire allemand. Il a, à la même date, décrété l’état de guerre avec l’Autriche-Hongrie.

« Chronique des faits internationaux », Revue générale de droit international public, nos 1-4, Paris, Pedone, janvier-août 1918, pp. 84-92.


Un tableau des relations internationales pendant la guerre (1919)

CHART OF INTERNATIONAL RELATIONS IN THE WAR.

[Key: W, war; S, severance of diplomatic relations; N, neutrality.]

Germany Austria-Hungary Bulgaria Turkey
Argentine Republic N N N N
Belgium W N N S
Bolivia S N N N
Brazil W N N N
Chile N N N N
China W W N N
Colombia N N N N
Costa Rica W N N N
Cuba W W N N
Denmark N N N N
Dominican Republic N N N N
Ecuador S N N N
France W W W W
Great Britain W W W W
Greece W S W S
Guatemala W N N N
Haiti W N N N
Honduras W N N N
Italy W W W W
Japan W S N N
Liberia W N N N
Luxemburg N N N N
Mexico N N N N
Montenegro S W N W
Netherlands N N N N
Nicaragua W W N N
Norway N N N N
Panama W W N N
Paraguay N N N N
Persia N N N N
Peru S N N N
Portugal W S N N
Roumania W W W W
Russia W W W W
Salvador N N N N
San Marino N N N N
Serbia W W W W
Siam W W N N
Spain N N N N
Sweden N N N N
Switzerland N N N N
United States W W N S
Uruguay S N N N
Venezuela N N N N

Declarations of War. Severances of Diplomatic Relations, Departement of State, Washington, Government Printing Office, 1919, p. 3.


Les délégations nationales à la conférence de la paix de Paris (1919)

LE RÈGLEMENT DE LA CONFÉRENCE

I. — La Conférence, réunie en vue de fixer les conditions de la paix, d’abord dans des préliminaires de paix, puis dans le traité définitif de paix, comprend les représentants des puissances belligérantes alliées ou associées.

Les puissances belligérantes à intérêts généraux (États-Unis d’Amérique, empire britannique, France, Italie, Japon) prennent part à toutes les séances et commissions.

Les puissances belligérantes à intérêts particuliers (Belgique, Brésil, Dominions britanniques et Indes, Chine, Cuba, Grèce, Guatemala, Haïti, Hedjaz, Honduras, Liberia, Nicaragua, Panama, Pologne, Portugal, Roumanie, Serbie, Siam, République tchéco-slovaque) prennent part aux séances où sont discutées des questions les concernant.
Les puissances en état de rupture diplomatique avec les puissances ennemies (Bolivie, Équateur, Pérou, Uruguay) prendront part aux séances dans lesquelles seront discutées les questions qui les intéressent.

Les puissances neutres et les États en formation seront entendus, soit oralement, soit par écrit, sur convocation des puissances à intérêts généraux, aux séances consacrées spécialement à l’examen des questions les concernant directement et seulement en ce qui touche ces questions.

II. — Les puissances sont représentées par des délégués plénipotentiaires au nombre de :

— 5 pour les États-Unis d’Amérique, l’empire britannique, la France, l’Italie, le Japon ;

— 3 pour la Belgique, le Brésil, la Serbie ;

— 2 pour la Chine, la Grèce, le Hedjaz, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, le Siam, la République tchéco-slovaque ;

— 1 pour Cuba, Guatemala, Haïti, Honduras, Liberia, Nicaragua, Panama ;

— 1 pour la Bolivie, l’Equateur, le Pérou, l’Uruguay.

Les Dominions britanniques et les Indes seront représentés comme il suit :

— 2 délégués chacun pour l’Australie, le Canada, l’Afrique du sud, les Indes (y compris les États indigènes) ;

— 1 délégué pour la Nouvelle-Zélande.

Sans que le nombre des plénipotentiaires puisse dépasser les chiffres ci-dessus fixés, chaque délégation a la faculté d’établir en son sein un roulement.

La représentation des Dominions (y compris Terre-Neuve) et des Indes pourra en outre être incluse dans la représentation de l’empire britannique par voie de roulement.

— Le Monténégro sera représenté par un délégué, mais les règles concernant la désignation de ce délégué ne seront fixées qu’au moment où la situation politique actuelle de ce pays aura été éclaircie.

Les conditions de représentation de la Russie seront fixées par la Conférence au moment où les affaires concernant la Russie seront examinées.

III. — Chaque délégation de plénipotentiaires pourra être accompagnée de délégués techniques dûment accrédités et de deux sténographes.

Les délégués techniques pourront être présents aux séances à l’effet d’y fournir les renseignements qui leur seraient demandés. La parole pourra leur être donnée pour les explications désirées.

IV. — L’ordre de préséance est l’ordre alphabétique français des puissances.

« Le règlement de la conférence », Le Temps, 20 janvier 1919.